🇫🇷 Livry-Gargan: une famille juive sequestrée à son domicile ➡ Entretien avec la victime Roger Pinto

Nous n’avons rien de plus pertinent Ă  dire que ce qu’Ă©crit aujourd’hui Ivan Rioufol sur son blog du Figaro

Le nouvel antisémitisme, échec des antiracistes

Cette fois, les mouvements antiracistes ont condamnĂ© « l’acte odieux ». En diront-ils autant des auteurs quand ils seront identifiĂ©s ? Dans la nuit de jeudi Ă  vendredi, une famille juive de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) a Ă©tĂ© sĂ©questrĂ©e, violentĂ©e et menacĂ©e de mort par trois voyous « d’origine africaine », selon Le Parisien. « Vous ĂŞtes juifs et nous savons que les juifs ont beaucoup d’argent. Vous allez nous donner ce que vous avez sinon on va vous tuer », ont expliquĂ© les agresseurs Ă  Mireille et Roger Pinto. La canaille Ă©tait armĂ©e d’un couteau et d’un tournevis. Le couple a donnĂ© ce qu’il avait. Roger Pinto est le prĂ©sident de l’association « de dĂ©fense du peuple juif et de l’Etat d’IsraĂ«l ». Cette relation entre le Juif et l’argent avait conduit, en 2006, Ă  la sĂ©questration et Ă  la torture mortelle du jeune parisien Ilian Halimi, victime du « gang de barbares », conduit par Youssouf Fofana. Le 4 avril dernier, dans le quartier de Belleville, Ă  Paris, c’est une femme juive, Sarah Halimini, qui s’étaient retrouvĂ©e sĂ©questrĂ©e dans son appartement de la rue de Vaucouleurs, par son voisin, Kobili TraorĂ©. Aux cris d’Allah Akbar, il s’était acharnĂ© sur sa proie avant de la dĂ©fenestrer. Cet assassinat n’avait d’autant moins mobilisĂ© les belles âmes qu’une omerta mĂ©diatique de quelques semaines avait Ă©tĂ© respectĂ©e afin de ne pas « faire le jeu » du FN, alors en campagne. On se souvient, en comparaison, de l’émoi causĂ© en fĂ©vrier 2016 par le chat Griffin, brĂ»lĂ© et jetĂ© du 7 e Ă©tage d’un immeuble de Nice…

Cela fait plus de trente ans que le nouvel antisĂ©mitisme a changĂ© de nature, avec l’arrivĂ©e massive d’une immigration africaine et nord-africaine majoritairement musulmane. L’antisĂ©mitisme chrĂ©tien, jadis hostile au peuple dĂ©icide, est devenu de plus en plus marginal et inoffensif. En revanche, l’antisionisme est dĂ©sormais le prĂ©texte prĂ©sentable pour assumer une haine anti-juive largement culturelle. Or c’est l’antisĂ©mitisme français, ce qu’il en reste, que persiste Ă  traquer idĂ©ologie antiraciste, jusque dans les caves et les greniers du FN. En revanche nos humanitaristes ont toutes les excuses pour les minoritĂ©s, forcĂ©ment vulnĂ©rables. C’est pour avoir rappelĂ©, dans une Ă©mission d’Alain Finkielkraut (RĂ©pliques) sur France Culture, que la haine anti-juive n’était plus seulement Ă  l’extrĂŞme-droite mais Ă©tait culturellement familière aux familles musulmanes de France que l’historien de la Shoah, Georges Bensoussan a Ă©tĂ© poursuivi en justice Ă  l’initiative du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) avec, notamment, l’appui de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisĂ©mitisme). Bensoussan a Ă©tĂ© relaxĂ© mais le parquet a fait appel. C’est cette mĂŞme Licra qui, après avoir Ĺ“uvrĂ© pour durcir l’arsenal rĂ©pressif des dĂ©lits d’opinion dans la nouvelle loi sur la moralisation de la vie politique, vient de voir son amendement rejetĂ© par le Conseil constitutionnel au motif qu’il porte une « une atteinte disproportionnĂ©e Ă  la libertĂ© d’expression ». PĂ©naliser la dĂ©nonciation de l’antisĂ©mitisme coranique et dissimuler le profil de ses auteurs sont, il est vrai, les meilleures manières d’encourager la haine anti-juive. L’Ă©chec des antiracistes est dans cet odieux constat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *